Stromalab - Targeting the stroma to regenerate Médecine régénératrice, thérapie cellulaire, cellules souches mésenchymateuses, tissu adipeux, moelle osseuse, réparation, régénération Regenerative medicine, cell therapy, mesenchymal stem cells, adipose tissue, bone marrow, repair, regeneration

Libération anormale de progéniteurs adipeux : quand le gras est sous pression !

 

figure_girousse

La présence d'adipocytes ectopiques dans le muscle est connue pour être délétère pour le métabolisme. Jusqu'à présent il était admis que ces cellules graisseuses provenaient de la maturation d'une population locale de progéniteurs adipeux. Cette étude publiée dans Cell Reports montre que chez la souris dans un contexte de surcharge calorique le tissu adipeux sous cutané libère de façon anormale des progéniteurs adipeux migrant vers le muscle, qui participent à la formation d'adipocytes ectopiques et aux dommages métaboliques associés.

Le tissu adipeux possède une plasticité remarquable qui lui permet de s'adapter à de fortes variations de stockage énergétique. Cette capacité, reposant sur l'augmentation de la taille et du nombre d'adipocytes, est cependant limitée et en situation prolongée de déséquilibre énergétique il est fréquent d'observer une accumulation de lipides dits « ectopiques » car non associés à un tissu adipeux. C'est notamment le cas dans le muscle squelettique où, outre l'apparition de petites gouttelettes lipidiques au sein des fibres musculaires, de véritables cellules graisseuses se forment entre les fibres musculaires et sont associés à des désordres métaboliques tels que la résistance à l'insuline.

Lire la suite

Les opioïdes freinent la régénération tissulaire

 

capture-e1539554292601

figure papier regen opioidesChez la majorité des mammifères, le processus de cicatrisation est rapide mais altère le fonctionnement normal du tissu, contrairement à la régénération. Dans une étude publiée en août 2018 dans la revue Scientific Reports, une équipe du laboratoire StromaLab (UMR 1031 – UT3 Paul Sabatier/EFS/ENVT/Inserm/ERL CNRS 5311), montre que les antidouleurs actuellement utilisés orientent la réparation tissulaire vers une cicatrisation et non une régénération. Ces résultats pourraient impliquer de revoir la stratégie de prise en charge de la douleur.

La régénération correspond à un processus biologique complexe qui permet à un organisme de ramener un tissu agressé proche de son état initial. S'il existe des exemples spectaculaires dans la nature, comme la salamandre capable de reformer un membre entier après son amputation, la régénération chez le mammifère adulte est un phénomène exceptionnel. Dans la grande majorité des cas, la réparation d'un organe à la suite d'une agression très importante conduit à une cicatrisation, mais sera fréquemment associée à une perte fonctionnelle. D'un point de vue évolutif, le processus cicatriciel conduit plus rapidement à la reconstitution d'une barrière face à des agressions ultérieures par rapport au processus de régénération.

Lire la suite