STROMALab Médecine régénératrice, thérapie cellulaire, cellules souches mésenchymateuses, tissu adipeux, moelle osseuse, réparation, régénération Regenerative medicine, cell therapy, mesenchymal stem cells, adipose tissue, bone marrow, repair, regeneration

Equipe 2 : CSM et ingénierie cellulaire

Notre équipe est une des 2 équipes de l'unité STROMALab labellisée par l'université, l'Inserm, le CNRS et l'EFS. Notre objectif commun est l'étude et l'utilisation thérapeutique des cellules stromales de 2 tissus : la moelle osseuse et le tissu adipeux. La moelle osseuse est considérée ici comme un paradigme pour comprendre les fonctions des cellules souches/stromales mésenchymateuses (CSM), les relations des CSM avec leur microenvironnement, et les adaptations nécessaires pour leur production à usage clinique.
Dix-sept personnes forment l’ossature scientifique de notre équipe, formant des liens forts avec l’expérimentation animale et les essais cliniques. Nous sommes partie intégrante de la SFR biologie santé de Toulouse et avons accès à toutes les plates-formes Genotoul.

Nous sommes une des équipes françaises et européennes possédant une expertise majeure sur la biologie des cellules souches/stromales mésenchymateuses de la moelle et du tissu adipeux, expertise mise au service de la médecine régénérative pour la réparation osseuse, le traitement des pathologies vasculaires et des pathologies inflammatoires. Nos études sont centrées sur la compréhension de l’hétérogénéité des CSM au sein des tissus et en culture, ainsi que leur rapport aux différentes composantes de leur environnement tissulaire in vivo tant les facteurs physico-chimiques (hypoxie) que les cellules de l’immunité innée. Nous avons ainsi pu décrire différents rôle des CSM dans la régulation de la physiologie osseuse que ce soit par l’expression de la molécule HLA-G ou bien par celle du CD200. Nos études montrent qu’au cours du dialogue entre les macrophages et les CSM, en retour les macrophages modulent les capacités immunosuppressives des CSM. Grace à une approche innovante, nous avons mis en évidence, au sein CSM, une sous-population de cellules plus immatures se rapprochant des cellules les plus souches. L’étude des différentes populations dans des conditions proches de celles rencontrées in vivo, en particulier la faible tension en O2, permet de mieux comprendre le rôle des CSM in vivo. L’ensemble de nos travaux conduit à la redéfinition des techniques de cultures des CSM qui par notre lien direct avec le laboratoire de production de CSM peuvent être mises en place dans des conditions de bonnes pratiques de fabrication (BPF) indispensable à la production de médicaments de thérapie innovante (MTI) pour les essais cliniques.

Nous sommes détenteurs de plusieurs brevets et le développement de nos savoir-faire est valorisé au travers des partenariats avec l’industrie.

Retombées attendues en santé :

Nos études permettront de comprendre le rôle des différentes sous-populations de CSM au sein des tissus et leurs interactions avec l’immunité innée dans les processus de régénération. Ceci c’est déjà traduit par notre participation en temps de coordonnateur ou co-coordinateur dans 4 programmes européens, trois du 7èmePCRD : CASCADE, ADIPOA et REBORNE, et un de H2020 : ADIPOA2 et mais également notre participation à des programmes hospitaliers de recherche clinique (PHRC) : MESAMI et ACELLDREAM. Ces programmes couvrent des champs allant de l’orthopédie (pseudarthroses et nécrose de la tête fémorale) et rhumatologie (arthroses du genou) aux pathologies ischémiques (infarctus du myocarde et ischémie critique des membres inférieurs) et aux maladies dysimmunitaires (sclérodermie). Les liens directs de la recherche fondamentale à la clinique, au travers de nos activités de R&D, permettront l’amélioration des procédés de culture des CSM afin de rendre plus efficace leur action dans les programmes de médecine régénératrice chez l’homme.

5 chercheurs (EFS et INSERM)

 3 enseignantes chercheuses (universitaire, hospitalier, vétérinaire)

1 post-doc et 2 doctorants

4 personnels technique